[TEST] We. The Revolution

La révolution française vient d’éclater, le peuple demande justice, le clergé et les nobles sont sur la sellette, serez-vous un juge clément ou un ami de la guillotine ?


We. The Revolution, développé par le petit studio Polysplash est sorti sur PC il y a quelques mois et fort d’un succès fulgurant, revient répandre la justice sur consoles, Xbox One, PS4 et Switch.

L’histoire :

Dans We. The Revolution, vous incarnez Alexis Fidèle, jeune juge révolutionnaire et prometteur a qui l’on va demander de sceller le sort de plusieurs personnages aussi bien historiques qu’anecdotiques. Fait plaisant, Alexis Fidèle est un personnage fictif largement inspiré de personnages réels tels que Martial Herman ou encore Jaques-Bernard-Marie Mantané.

Gameplay :

Le jeu vous demandera d’assister a une multitude de procès (près de 40!) en qualité de juge. Vous devrez écouter, questionner et enfin rendre votre jugement. Vous ne serez évidemment pas seul dans le tribunal ; vous ferez face aux jurés, à l’assistance révolutionnaire, au jugé et au procureur plutôt assoiffé de sang.

Afin de vous assister au mieux, les développeurs ont mis à votre disposition des dossiers, notes et autres indices vous informant de l’affaire à traiter. 

La façon de mener le procès est un habile mélange de combinaison de questions afin de soutirer quelques vérités  qui permettront de rendre un jugement juste. Pour se faire, il faudra créer des liens et contextualiser un ensemble de témoins, preuves, mode opératoire, mobile etc. Attention toutefois à ne pas aller trop vite et à ne pas commettre d’erreurs. Si vous vous hâtez, vous risquez de bloquer le procès et de devoir rendre une sentence un peu au hasard, faute d’informations pertinentes.

Le gameplay est efficace mais parfois on se rend vite compte qu’il n’y a aucun autre jugement possible que celui programmé par les développeurs. Si vous êtes souvent libre (attention car vos choix déplairont ou non au jury ou à l’assemblée) d’appliquer la sanction que vous désirez, je pense qu’une certaine volonté historique à voulu être respectée par les développeurs.

Si vous pensiez que votre travail de juge était terminé une fois hors du tribunal, que neni ! Une fois à la maison, il faudra gérer votre vie de famille et parfois subir le courroux de certains d’entre eux suite aux décision prises lors du dernier procès (décapiter le précepteur de son fils n’est peut être pas la meilleure décision à prendre… hum hum).

Enfin, si les jugements et votre vie de famille ne vous satisfont pas, sachez qu’il est régulièrement possible d’effecteur un discours avant que l’accusé ne soit guillotiné, histoire de se mettre la foule dans la poche… ou de vous planter complétement et de la retourner contre vous !

Ambiance et graphismes :

Après quelques minutes on se sent totalement pris d’affection pour son personnage et il est facile de ressentir l’ambiance délicate de 1789 et des périodes de troubles qui s’en sont suivies. Le tout est chapeauté par une ambiance graphique polygonale et une mise en scène façon BD qui donnent vraiment un excellent rendu à l’oeuvre de Polysplash.

Prix :

Le jeu est disponible au tarif de 19,99€ sur PC et consoles. Il s’agit d’un prix honnête pour un titre qui propose 3 actes de +/- 14 chapitres chacun, plus les a coté comme la gestion de vie de famille ou les déclamations de discours. On notera toutefois une faible rejouabilité, sachant que certaines décisions sont déjà pré-programmées.

Conclusion :

Alors que je ne connaissais pas le jeu, je dois avouer qu’il m’a surpris agréablement. Doté d’une solide durée de vie, d’une difficulté croissante et d’une ambiance prenante, We. The Revolution saura plaire aux amateurs d’Histoire ou aux joueurs avides de nouvelles expériences. J’apprécie un peu moins le peu de rejouabilité et la lenteur de certains procès. Qu’a cela ne tienne, investir quelques deniers dans ce jeu reste une valeur sûre et je ne saurais que vous recommander de vous essayer au rôle de juge !

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.