Entretien Gamescom : Last Oasis

Mardi dernier, lors de notre journée à la Gamescom, nous avons eu droit à un entretien avec des membres de Donkey Crew, l’équipe de développement en charge de Last Oasis.


Bien installé dans un canapé entouré des membres de l’équipe, j’ai pu avoir un large aperçu du futur titre de Donkey Crew.

Si le nom ne vous dit rien, sachez que Last Oasis est un Suvival MMO Nomade développé par Donkey Crew, studio composé d’anciens modeurs de Mount & Blade. 

Qu’est ce qu’un Survival MMO Nomade ? 

Derrière ce titre barbare se cache toute une mécanique de survie basée sur le déplacement constant de votre quartier général. Nous y reviendront un peu plus tard.

En effet, d’après le lore du jeu, suite à un énorme cataclysme, la Terre a cessé de tourner sur elle même et ne propose plus qu’une étroite bande de terre permettant à l’humanité de survivre dans des conditions plus ou moins favorables.

Rapidement, les développeurs m’ont expliqué qu’il est possible de se déplacer sur une large carte qui se développe de manière procédurale. Cette carte est divisée en plusieurs espaces qui possèdent tous de nombreuses ressources différentes : bois, pierre, métal etc. 

Qui dit survival dit crafting, ressources et combat. Si le début du jeu s’annonce compliqué et périlleux, l’évolution de votre personnage facilitera la partie survie pour axer le gameplay sur l’action et la réalisation de défis. 

En effet, il faudra s’armer d’un peu de patience et d’audace pour pouvoir progresser. Le monde dans lequel vous vivez est plutôt aride et nécessite donc de toujours posséder une gourde d’eau bien remplie.

D’après les explications des développeurs et ce que j’ai pu observer, la mécanique de base est simple : il faut récolter des ressources pour produire des outils plus performants, pour pouvoir retourner collecter des ressources encore un peu plus rares et fiables etc.

Mais qu’à cela ne tienne il faudra parfois combattre d’autres joueurs ou des créatures (PvE), allant du simple primate à un énorme Ver des Sables. 

L’évolution de votre personnage se fera via la réalisation de défis dynamiques qui nécessiteront parfois un travail d’équipe. Pas de raids ou de donjons, prévus le moment.

Lors de la présentation, j’ai pu assister à la création collective d’énormes véhicules avant d’aller chasser un ver géant qui menaçait la zone de récolte. Chaque joueur est libre de rejoindre un équipage, d’améliorer le véhicule et de combattre la menace PvE, le tout évidemment motivé par le loot rare que propose le défi.

Lorsque, plus haut, j’évoquais les véhicules, je parlais d’une des mécaniques principale de jeu : le déplacement. L’équipe m’a expliqué que l’atout principal de ce nouveau titre résidait dans le fait qu’en tant que survivant d’un monde dévasté, on pourra créer des dizaines de véhicules destinés à des tâches différentes. Il y a comme un petit côté Mad Max non ?

Il est possible par exemple de créer son véhicule mono place ou de construire seul, ou en groupe, un plus grand engin (nommé Walker) qui sera destiné au combat ou à la capture d’ennemis. Parmi les armes que j’ai pu voir, j’ai remarqué la présence d’une baliste et d’un harpon. Les développeurs m’ont précisé qu’il existait également des catapultes, des lanceurs de filets et autres joyeusetés ! (Vu que je suis fort curieux lorsqu’on me présente un nouveau jeu, mon interlocuteur a fini par me dévoiler un projet à venir : un véhicule volant de style planeur qu’il sera possible déployer à tout moment).

Les véhicules et la survie c’est bien. Mais mon perso dans tout ça ?

En ce qui concerne votre personnage et le style de combat qu’il adopte, l’équipe m’a précisé qu’il serait évidement possible de personnaliser notre avatar mais qu’il n’existait pas vraiment de classe.

Les combats nécessiteront pas mal de maitrise. Il sera possible de manier la hache, la lance, le marteau, l’arc etc. Les développeurs m’ont assuré qu’un débutant avec une bonne maitrise ne se ferait pas facilement dominer par un jouer mieux stuffé. Si vous triomphez de votre adversaire, il sera possible de le looter, si c’est vous qui tombez, pas de panique vous réapparaitrez non loin et avec un peu de chance vous n’aurez rien perdu grâce au système de « packing bases« .

Le packing est un autre atout majeur du jeu. En effet, afin d’éviter de se faire piller durant notre absence, il est tout à fait possible de stocker ses réserves, ses véhicules et ses bâtiments dans son inventaire, bien à l’abri. D’ailleurs, si la zone que vous farmez ne vous apporte plus rien de neuf, il suffit d’emballer toutes vos créations (véhicules, maison etc.) dans votre inventaire, galoper jusqu’à une autre zone, tout déballer et continuer votre récolte tranquillement.

Voilà un système bien pratique qui évitera de se faire piller par quelques bandits alors qu’on vous allez dormir ou bosser. Les développeurs m’ont précisé que cette mécanique avait été pensée de façon à permettre aux joueurs de s’absenter pendant une durée plus ou moins longue sans risque de voir tout leur travail ruiné. Personnellement j’apprécie beaucoup l’idée !

Petite surprise qu’on apprécie toujours. Le jeu comporte un outil qui saura plaire : le grappin. Lors de la présentation, les développeurs s’en servaient pour atteindre le sommet d’engins immenses. D’après eux, le jeu comportera beaucoup d’éléments de verticalité, d’où l’intérêt de s’équiper d’un grappin. Et puis ne nous mentons, un grappin, ça a toujours été cool dans les jeux vidéo !

Jamais à court de bonne idée, un système économique sera mis à place. Vous serez libre d’échanger et revendre in-game le fruit de votre labeur, histoire de vous faire quelques piécettes virtuelles à dépenser dans de l’équipement ou d’autres ressources.

Enfin, il est a noter qu’il sera tout à fait possible de progresser seul, mais que jouer en coopération avec des amis ou une guilde permettra une progression plus rapide et plus sécurisante. L’équipe de développement prévoit, en plus de simples combats PvP en duel, de grands affrontements entre guildes, mettant en scène plusieurs « walkers » chargés d’équipages prêts à en découdre pour la survie de leur clan.

Pour ceux qui désireraient mettre la main sur le jeu, celui-ci devrait arriver en early accès d’ici le début de moi Septembre. La page Steam du jeu précise la date du 3 septembre. Quand à la sortie finale, d’après les dires de l’équipe de développement, la date prévue semble être reportée, en cause la volonté de sortir un jeu fini et bien poli. Le jeu est exclusivement prévu pour PC.

Mon ressenti :

Sans être un fan des survival games, j’avoue que ma curiosité a été piquée par la présentation du jeu qui tournait en temps réel. Le jeu fonctionne sur l’Unreal Engine et, pour une alpha, était plutôt lisse et bien fichu : peu ou pas de bugs de collision, de la fluidité et des graphismes vraiment peaufinés.

Les développeurs ont pensé à des mécaniques plutôt novatrices qui sauront rafraichir le genre. Toutefois, comme beaucoup de jeux lancés en early access, il faudra espérer que l’équipe ait les reins solides et sorte régulièrement du contenu pour pouvoir fidéliser une base de joueurs souvent exigeante car déjà déçue par d’autres expériences.

En tout cas, chez jvbel, on souhaite beaucoup de succès à cette sympathique équipe de Donkey Crew et leur jeu novateur !

4 Comments Join the Conversation →


  1. Last Oasis en accès anticipé le 10 octobre

    […] vous souhaitez découvrir ce qui se cache derrière ce titre prometteur, voici un résumé de notre rencontre avec Donkey Crew, le studio […]

    Reply
  2. LAST OASIS révèle une sortie prévue en accès anticipé en 2020 – Jvbel.be

    […] attendant, retrouvez notre entretien avec les développeurs effectué lors de la dernière […]

    Reply
  3. Last Oasis en montre plus lors de son DevBlog – Jvbel.be

    […] en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre entretien réalisé à l’occasion de la Gamescom 2019. Le jeu proposera sur Steam une sortie anticipée […]

    Reply
  4. Donkey Crew présente le 3eme Devlog de Last Oasis ! – Jvbel.be

    […] rappel, Last Oasis est un « Survival MMO nomade ». Retrouvez notre présentation effectuée à l’occasion de la Gamescom […]

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.