[TEST] Children of Morta

Le jeu développé par Dead Mage est enfin disponible, mais alors que vaut cet hybride de Hack ‘n’ Slash et Roguelite ?


Alors que la vie suivait son cours, une menace vient corrompre le mont Morta, c’est alors que la famille Bergson entre en jeu.
Gardant le mont Morta depuis des générations, cette dernière va partir en quête afin d’éveiller une divinité pour contrer le mal qui a commencé à se déverser sur la terre.

Voici ce qu’aurai pu être le pitch de base du jeu.

De la narration faisant avancer le scénario

Graphiquement très inspiré par Hyper light drifter ou un Dead Cells, le jeu est tout aussi coloré et pas moins mortel, truffé de détails, cela rend parfois la lisibilité compliquée lors des combats par exemple car la palette de couleur de la faune est souvent la même que celle du décor.

Le jeu est par contre selon moi beaucoup plus axé narration et scénario, ce dernier évolue d’ailleurs même si le joueur meurt.
La narration (audio en anglais uniquement, textes en français) présente alors des scènes de la vie quotidienne ou bien simplement des réactions vis à vis des découvertes dans les différents donjons.
Il est possible par exemple de trouver un louveteau durant une run, ce dernier va être récupéré par la famille et être soigné, débloquant une nouvelle fonctionnalité dans la maison.
On a de ce fait l’impression d’avancer même si on meurt.

De mère en fils

Car oui, Children of Morta c’est avant tout une histoire de famille, on commence avec la grand-mère qui a un lien avec « Rea » (l’esprit de Morta) et l’oncle, ces dernier non jouable permettent de booster les statistiques de vos personnages (chose sympathique, une fois qu’une modification est appliquée, c’est pour toute la famille !).

On a ensuite le père John, combattant à l’épée et au bouclier, il sera votre premier personnage jouable et au fil de l’aventure d’autres personnages seront disponible, ayant chacun un style de combat bien spécifique (Arc, dagues, marteau,…).

Chaque personnage à son propre niveau ainsi que son arbre de compétences unique et des mécaniques de jeu bien différente (barre d’endurance pour John quand il bloque, barre de déplacement pour tirer en même temps avec Linda l’archère, etc).

Au fil de l’évolution d’un personnage, on va aussi débloquer des skills passifs familiaux qui sont eux aussi unique par personnage, donnant un boost aux membres de la famille une fois débloqué (Le premier skill familial de John par exemple, augmente la santé maximale de toute la famille).

La maison a aussi son rôle à jouer dans la customisation, réel hub central du jeu (un peu comme le village avant le château dans Rogue Legacy), les différentes pièces deviennent accessible à force de débloquer des fonctionnalités, de même comme je l’ai mentionné un peu plus tôt, on a aussi droit à des tranches de vie entre les « missions » de nos protagonistes.

Et le gameplay dans tout ça ?

Comme dans un roguelite traditionnel, le stage dans lequel on va évoluer sera généré de façon aléatoire, impossible donc de faire deux fois le même trajet. Les rencontres seront aussi aléatoire.

En plus de ça les objets obtenables seront aussi générés aléatoirement, il est possible d’avoir plusieurs objets passifs et un seul actif, ce dernier étant remplacé (tombant alors au sol) si on en prend un nouveau.

Ces différents objets permettent de faciliter la run si on tombe sur les bons mais c’est forcément une question de chance.

La monnaie locale, unique ressource qui persiste après la mort, sera utilisé une fois de retour à la maison pour modifier l’équipement ou les stats des personnages.

Très bien animés, les combats sont dynamique et chaque personnages étant unique, certaines passages seront plus simple avec certains personnages qu’avec d’autres. (Impossible pour moi de passer le premier boss avec Linda l’archère par exemple, alors qu’avec John, cela a été une ballade de santé !)

Le jeu est entièrement jouable en coop-local, l’idée est louable, mais diminue selon moi la difficulté à gérer certains passages…

Mon verdict

En conclusion, Children of Morta essaye de se démarquer avec son système de famille et son hybridation de genre, pour moi cela fonctionne clairement, donnant parfois presque l’impression de faire partie de cette famille.

About Kaiser view all posts

Perdu dans mes pensées, j'adore les vieux rpg's qui ont bien plus d'âme selon moi que les nouveaux, je suis un joueur multi-plateforme mais aussi multi-format, un bon jeu de société, un bon jeu de rôle papier, et je réponds présent !

0 Comments Join the Conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.